Cyrano © Baptiste Lobjoy
Théâtre - tout public à partir de 12 ans

Cyrano

Cie de la jeunesse aimable

Mardi 22 janvier // 20h15

L’Escale

  • Présentation
  • Galerie
  • Tarifs
  • Médiation culturelle
  • + d'infos
  • Presse

Présentation

Une adaptation fidèle au texte, vivante, moderne, captivante et pleine de souffle, d’un panache digne de ce héros sublime. Sur scène, deux musiciens et dix comédiens talentueux et charismatiques. Au total, 2000 vers et cinquante personnages, et puis bien sûr Cyrano, Roxane et Christian, dans une scénographie épurée et à cheval sur plusieurs époques.

Nous avons tous en tête la tirade culte de Cyrano, ce vaillant capitaine qui compensait par la flamme de son verbe la laideur de son visage. Depuis sa « création » il y a 120 ans, Cyrano est devenu le héros populaire par excellence, un personnage romantique vertueux et touchant qui manie l’épée et la langue dans des moments de bravoure épique. Avec sa jeune compagnie, La Jeunesse aimable, le metteur en scène Lazare Herson-Macarel a décidé de faire vivre ce festin « de mots, d’intelligence, d’énergie vitale », une véritable fête populaire au sens premier du terme, qui rassemble de nombreux personnages, du bourgeois au marquis, du tire-laine au pâtissier, des poètes aux soldats espagnols.

Accompagnés à la batterie et la viole de Gambe, la troupe s’empare du texte avec ardeur dans une interprétation chorale aussi vive que pétillante. Le terrain de jeu de cette troupe ressemble à un théâtre de tréteaux : des praticables de bois qui se tournent, se retournent, s’assemblent ou se divisent au gré des scènes, la musique live toujours entrainante, les lumières élégantes, les costumes intemporels, tout se conjugue à l’image de l’audace, la bravoure et la générosité du personnage principal. La compagnie propose donc ici une version à la fois fidèle et libre, follement dynamique et diablement ingénieuse : on s’y régale, on s’y abandonne avec plaisir et l’on en sort le sourire aux lèvres et les vers de Cyrano dans la tête : J’emporte, malgré vous… mon panache ».

Après la représentation, venez discuter dans le hall de l’Escale avec les comédiens de la compagnie.

Projection d’un film en lien avec la thématique du spectacle, au cinéma Les Variétés (plus d’informations à venir).

Galerie

Cyrano d'Edmond Rostand par la Cie de la jeunesse aimable Cyrano © Baptiste Lobjoy Cyrano © Baptiste Lobjoy Cyrano © Baptiste Lobjoy Cyrano © Baptiste Lobjoy Cyrano © Baptiste Lobjoy Cyrano © Baptiste Lobjoy Cyrano © Baptiste Lobjoy Cyrano © Baptiste Lobjoy Cyrano © Baptiste Lobjoy Cyrano © Baptiste Lobjoy Cyrano © Baptiste Lobjoy Cyrano © Baptiste Lobjoy Cyrano © Baptiste Lobjoy

Tarifs

Plein tarif 16€
Réduit 13€
Jeune 8€
Abonné 10€
Partenaires et sortie scolaire 6€
BILLETTERIES

Espace Saint-Jean // +33(0)1 64 52 10 95, www.culturetvous.fr et dans les autres points de vente de la billetterie communautaire de l’agglomération Melun Val-de-Seine, Espace Culturel Leclerc, Fnac, Carrefour, Auchan, fnac.com, ticketmaster.fr, francebillet.com, billetreduc.com, digitick.com

Médiation culturelle

Après la représentation, venez discuter dans le hall de l’Escale avec les comédiens de la compagnie.

Projection d’un film en lien avec la thématique du spectacle, au cinéma Les Variétés (plus d’informations à venir).

+ d'infos

Pourquoi Cyrano ?

« Parce que donner cette pièce, c’est toujours donner une fête populaire au véritable sens du terme, fête qui rassemble les gens les plus différents pour un festin de mots, d’intelligence, d’énergie vitale, de dépense improductive. Parce que ce texte est une expérience de jubilation pure, tant pour l’acteur que pour le spectateur – et que cette jubilation propre au théâtre est un premier pas vers l’action. Parce que la figure même de Cyrano nous inspire la liberté, l’insolence, l’insoumission, le désir d’insurrection pour un monde meilleur, le refus des compromissions, des paresses intellectuelles et des résignations – toutes choses dont notre société oublie petit à petit qu’elles sont possibles.

Nous pouvons défendre grâce à Cyrano de grandes idées de théâtre : la nécessité de porter un masque pour dire la vérité, le valeur inestimable des mots comme musique et comme offrande, le désir de retrouver le paradis perdu, la vertu de la désobéissance. Le théâtre n’est pas un artifice – c’est le dernier refuge de la réalité. » Lazare Herson-Macarel

La mise en scène

Dix acteurs, 2000 vers, cinquante personnages. L’alexandrin de Rostand, vif, imprévisible, décomposé jusqu’au vertige, nous engage à un travail rythmique essentiel. Avant d’inventer un drame héroïque et déchirant, Rostand invente une poétique virtuose. Mais cette virtuosité ne suffit pas. Nous ne devons jamais nous en contenter. Tant pour jouer Cyrano que les figures qui l’entourent, il faut rester perpétuellement attentif à ce que j’appellerais «l’épaisseur du jeu». Laisser deviner les êtres vivants, complexes, nuancés, volontaires, qui ne font de l’esprit que par pudeur, qui portent l’alexandrin comme on porte un masque.

Un duo baroque : batterie et viole de gambe. Ce souci de rigueur rythmique et de vibration sensible nous sera sans cesse rappelé par la présence des deux musiciens sur le plateau. Ils seront un condensé de l’esprit du spectacle : contrastes, vivacité d’exécution, rencontre des genres et des époques, liberté revendiquée dans notre rapport au répertoire. Ils seront là pour nous parler de Cyrano, le poète duelliste spirituel et brutal ; de l’acteur, cet être matériel qui rêve de disparition ; et de théâtre, cet art qui se plaît toujours à permettre les rencontres impossibles et à réaliser les utopies.

Scénographie et costumes. Parce que le trio Cyrano-Christian-Roxane est à lui seul une définition du triangle poète-acteur-spectateur, la pièce nous apparaît comme une grande oeuvre sur le théâtre. De là notre liberté dans le choix des éléments scéniques. Nous créerons un décor modulable à partir d’éléments usuels très simples n’appartenant à aucune époque particulière (châssis, tables, chaises). Ce décor sera manipulé à vue par les acteurs eux-mêmes - les ouvriers du drame - et pourra devenir tour à tour la scène de l’Hôtel de Bourgogne, le comptoir du pâtissier Ragueneau, le balcon de Roxane, le lointain du siège d’Arras, la tapisserie de Roxane devenue veuve. Faire beaucoup avec peu de façon à permettre le déploiement de l’imaginaire du spectateur, c’est essentiellement dans cet esprit que nous travaillerons. Tout étant affirmé dans l’acte I comme accessoire de la représentation, nous ferons par le costume comme par la musique dialoguer les genres, les sources et les époques. Du plus historique au plus contemporain, du plus banal au plus inattendu, tout sera fait pour faire du spectacle une épure baroque, une fête populaire contrastée, exigeante, lumineuse et grave.

Durée 2h35 sans entracte
Générique

De Edmond Rostand / Mise en scène : Lazare Herson-Marcel.

Production : Compagnie de la jeunesse aimable / Coproduction : Théâtre Jean Vilar, Suresnes (92) ; Scènes du Golfe, Vannes (56) ; Théâtre de la Coupe d’Or, Rochefort (17) ; Théâtre Roger Barat, Herblay (95) ; Théâtre André Malraux, Chevilly-Larue (94) ; Les Passerelles, Pontault-Combault (77) ; Théâtre Montansier, Versailles (78).

Avec la participation du Jeune Théâtre National.

Avec le soutien de l’ADAMI.

Avec l’aide à la création de la région Île-de-France.

Crédit photo : Baptiste Lobjoy.

Le site de Cyrano

Presse

« La troupe est unie, homogène, galvanisée par un metteur en scène malin, et mené par un Cyrano plus âgée, solide et nuancé, Eddy Chignara ; musique, mouvements, diction claire, la douzaine de comédiens ne manque ni de charme, ni de finesse. » Le Figaro